The Marshals

© Sophie Hervet

Les Bruyères Session, cinquième épisode d’une passionnante série et nouvelle étape dans la vie du combo français de blues électrique The Marshals. Un long format qui s’identifie à travers l’évocation même d’un lieudit original, et formalise l’exploration d’une expérience sonore renouvelée. Invariablement depuis quelques années, les trois musiciens invoquent ce rituel inspirant de la session, pour faire jaillir le Mojo de leur musique vibrante et habitée. Il y a quelque chose d’à la fois profondément sensoriel et de subtilement spirituel dans cette volonté artisanale de se retrouver ensemble, débarrassé du superflu, pour mieux saisir ces instants de vérité uniques.

Pénétrer l’énergie d’une bâtisse perdue au milieu de nulle part, à la croisée fantasmée du fameux carrefour où tout aurait commencé un soir de pleine lune. Tourner la clef, et de suite, respirer et s’imprégner de l’atmosphère. Toucher les pierres, caresser le bois, écouter le silence des murs. Mais surtout installer un studio, là où d’autres ont certainement dû manger, festoyer, rire et peut-être même pleurer. Brancher la guitare, choisir la bonne paire de baguettes, prendre une dernière grande inspiration avant de se laisser totalement aller. Attendre le bon moment, sentir ce truc qui flotte dans l’air, qui ne dira jamais son nom, et malpoli qu’il est, ne préviendra jamais. Mieux vaut être prêt, alors que la peau de la grosse caisse bat la mesure, quand soudain la distorsion s’empare du tempo et l’harmonica répond sans faiblir. Heureusement, la magnéto tourne et la magie ne sera pas qu’un simple souvenir.

La musique rugueuse et contrastée de Julien, Laurent et Thomas se révèle plus que jamais dans cette simplicité reculée, proche de la terre. A des milliers de kilomètres, une autre terre de labeur a donné naissance dans la chaleur moite des Etats du Sud des Etats-Unis, à l’une des plus fascinantes expressions populaires du 20ème siècle. Au-delà des mots, des accords et de cette pulsation originelle, c’est aussi cette histoire que prolonge ce nouvel album pénétrant, une histoire humaine, empreinte de doutes et de mélancolie, d’espoir et de colère, d’amour et d’humanité. En dignes légataires du précieux héritage laissé par ce fils adultérin des musiques populaires de l’exil, Les Marshals dessinent à la craie une ligne imaginaire reliant le « swamp rock » de Tony Joe White et des Creedence Clearwater Revival aux « Electric Mud version » de Muddy Waters. Et pourtant comme pour tous les dessins à main levé, le geste peut déraper à tout moment, sortir de sa trajectoire, emporté par son élan et l’euphorie grisante de la jam. Généreuses et inspirées, les Bruyères Session confirment ainsi le statut mérité de référence française actuelle en matière de rock racé et pur, tout en dévoilant de nouvelles facettes inédites d’une complicité qui fait chaud au cœur et donne envie de les écouter jusqu’au bout de la nuit.

Laurent Thore.

Julien Robalo – Guitare / Chant
Thomas Duchézeau – Batterie
Laurent Siguret – Harmonica

LP – 21 Cordeliers Street Session – octobre 2010
LP – Coudray Session – juillet 2012
LP – AYMF Session – décembre 2014
LP – Les Courriers Session – novembre 2016
LP – Les Bruyères Session – mars 2019
 

The Marshal      The Marshal - Coudray Session      Cover front - The Marshals

       

 

 

 

Facebook