Woody Murder Mystery

© Jeanne Monteix

© Jeanne Monteix

C’est l’essence des œuvres qui se respectent, que l’on ouvre avec hâte, et que l’on ferme avec ravissement. Interlude en ouverture, le ton juste livré en quelques arpèges, et douze titres plus tard, en guise de clôture, une jolie ritournelle brossée à l’orgue.

Entre temps ? L’errance, écrasée d’amour et de soleil. La nonchalance, balayée d’un poignet souple sur la peau tendue. Le rêve, souligné d’une basse élastique, plein de nuées colorées, d’ombres et de lumières, de parfums capiteux, de sourires légers. Écrit en forme de kaléidoscope, scopitone bien balancé entre vénérable pop anglaise et chanson sexy, Lost in Beaucaire signe le grand retour d’un trio forgé dans l’amour du travail bien fait, rompu aux joies délicates et risquées de l’écriture pop parfaite. Minimal et charnu. Opulent et artisanal. Chanté juste et joué à la cool.

Au cœur de ces douze petites pépites, entrecoupées de plaisirs frais et instrumentaux,   Woody Murder Mystery se livre à un bel exercice de style, d’une justesse exemplaire. En anglais ou en français, Jeanne et les garçons dessinent un recueil pop sans sucres ajoutés, illuminé de guitares cristallines et d’humeurs exotiques. On prend le temps de vivre, de rêvasser, de danser doucement, de se perdre ici et là, dans Beaucaire la blonde ou une cité indienne luxuriante.

On sait le trio à l’aise sur scène, où l’apparente décontraction et la souplesse de l’interprétation font merveille. Et en sautant dans ce petit cabriolet taillé pour la route, sous la voie lactée ou à l’aube naissante, on se surprend à épier la banquette arrière, où les Stone Roses font la cour à Françoise Hardy, en toute simplicité. Comme dans un monde parfait.

Hervé Deffontis.

Baptiste Rougery

Batterie / guitare / basse / clavier / percussions / voix / chœurs.

Jeanne Monteix

Voix / chœurs.

Grégoire Lafarge

Chœurs.

LP – Solar Apocalypse – Aout 2015

LP – Lost In Beaucaire – Mai 2018

WMM_pochette solar apocalypse     WMM_cover-front_LD-01

Facebook